SHARE

La baisse des allocations familiales touche 455.100 allocataires. Ces familles, considérées comme “plus aisées”, représentent 10% des bénéficiaires.

455.100 allocataires touchés200804180080

Près de 10% des bénéficiaires sont touchés, c’est ce que confirme un premier bilan de la Caisse nationale d’allocations familiales. Un bilan qui fait par ailleurs le point sur la prestation partagée d’éducation de l’enfant, le nombre de places en crèche ou encore la prime d’activité. Le chiffre est pourtant proche des estimations qui avaient été établies au moment de la réforme. 455.100 allocataires ont été impactés depuis le 1er juillet 2015, (date de la mise en œuvre de la modulation des allocations familiales selon les revenus). C’est à dire, 9,3% du total des bénéficiaires des allocations familiales. Ces familles sont considérées comme étant “les plus aisées”. Les familles avec deux enfants à charge, dont les revenus sont compris entre 67.408 euros et 89.847 euros ne touchent que 64,74 euros contre 129,47 euros auparavant. Les familles de deux enfants ayant des ressources supérieures à 89.847 euros ne perçoivent plus que 32,37 euros…

PHO8f6f21c6-4ec6-11e4-a703-fd9bb4ff5432-805x453

Les “hauts revenus” quant à eux, voient également l’allocation de base de la Prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) baisser. Elle passe pour eux de 184,62 euros à 92,31 euros. En 2017, la Caf estime que 240.000 familles devraient être touchées par les réductions et 51.000 devraient en perdre le bénéfice.

Congé parental : pas de changements

La CNAF dresse un autre bilan :  celui concerne la réforme du congé parental. En 2014, le gouvernement avait décidé de remplacer le complément de libre choix d’activité (CLCA), qui permet à un ou aux deux parents de cesser ou réduire leur activité professionnelle pour s’occuper de leur enfant. Ce changement concerne les enfants nés ou adoptés à partir du 1er janvier 2015. D’autre part, la durée du congé parental a été modifiée ( un moyen de pousser les hommes à y recourir ). Résultat : depuis son entrée en vigueur, la “prestation partagée d’éducation de l’enfant” a bénéficié à 120.475 foyers.

Wassila KHIAR