SHARE

A partir de vendredi 12 octobre 2018, les automobilistes trouveront un nouvel étiquetage dans les stations-services. Il s’agit d’un affichage aux formes géométriques pour identifier les carburants afin d’harmoniser leur identification au niveau européen. Ces nouvelles étiquettes ne remplaceront pas les appellations actuelles.

L’Union européenne a imposé cette nouvelle combinaison lettre-chiffre-symbole pour les véhicules neufs et les stations-service, dans une directive datant de 2014. Le nouveau système s’ajoutera à l’affichage existant des carburants, sans le remplacer et permettra aux automobilistes de s’y retrouver dans toute l’Europe. La nouvelle norme qui harmonise la dénomination des différents combustibles entre en application ce vendredi 12 octobre.

 « Les pompes restent exactement comme elles sont aujourd’hui, avec des stickers jaunes par exemple pour le gazole. On va juste adjoindre en dessous la norme européenne », a expliqué Francis Pousse, du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA).

Cercle, carré ou losange ?

L’essence sera représentée par un cercle entre la lettre « E » traduisant la teneur en biocarburant : E5 (pour le super sans plomb 95 ou 98), E10 (pour le super SP95-E10) ou E85 (superéthanol).

Le diesel sera lui, identifié par un carré avec à l’intérieur la lettre « B » suivie de la teneur en biocarburant : B7 (le diesel le plus courant), B10 ou XTL (pour le diesel synthétique)

Les carburants gazeux seront figurés par un diamant avec un “H2” pour l’hydrogène, CNG pour le gaz naturel comprimé, LPG pour le gaz de pétrole liquéfié (le fameux GPL) et LNG pour le gaz naturel liquéfié.

Cette signalétique sera présente sur les véhicules neufs, à proximité du bouchon à carburant, ainsi que dans les stations-service.

« Dans les faits, il n’y aura que deux étiquettes supplémentaires de très petite taille pour chaque carburant: une de 4×12 cm sur le distributeur et une de 1,5 cm de large sur le pistolet. Rien ne changera sur le grand totem d’affichage des prix, visible à l’approche d’une station, ou sur l’affichage déjà existant sur les pompes”, détaille Francis Pousse.

Le nouveau système d’étiquetage sera donc utile lors d’un déplacement à l’étranger. Si la dénomination commerciale ou la langue étrangère du carburant pose problème, les étiquettes simplifiées permettront aux utilisateurs d’être certains de ne pas se tromper.

Claire Lefeuvre